Orage dans les vergers

Saturation maximale ...

Saturation maximale ...

La réalité est plus belle travestie 😉

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Lever de lune

Traitement romantique

Lever de lune au sud-est depuis Castle mountain

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les rocheuses

En fait je n’ai pas pu résister, je suis parti me ballader dans les rocheuses ^_^ Je n’ai pas souvent accès au net, ni à l’électricité donc les photos et des nouvelles détaillées plus tard.

J’ai fait beaucoup de rencontres et de découvertes. Je commence à me fondre dans le pays 🙂 Malheureusement il va falloir que je me remette au travail (à Revelstoke si tout se passe comme prévu) un jour ou l’autre vu que mes économies sont bien maigres …

Dès que je serais plus « posé » je prendrais le temps d’expliquer un peu ce que j’ai fait, comment je l’ai interprété et ce que j’envisage pour la suite. Grosso modo je pense à un article de photos sur les rocheuses, un sur l’esprit nord-américain et un sur la « mécanique, les techniques et leur rapport à la culture » au sens large.

Je reviens d’une auberge isolée. Cà m’a rappelé le châlet de Yo : du bois à fendreau merlin, un poëlle et un esprit très zen. Un moment reposant. C’était dominé par une montagne ressemblant pas mal aux Aravis : du calcaire légèrement incliné, un côté en falaise, l’autre un peu moins raide. Très très aérien, superbe. Je m’étais engagé dans une cheminée et arrivé en bas, un verrou d’une dizaine de mètre, vraiment risqué à franchir :/J’étais frustré de ne pas avoir de corde pour le rappel.

Tout à fait hors de propos, un petit lien vers un e-book satirique qui m’est apparu instructif sur la culture entrepreneuriale occidentale et qui m’a bien fait rigoler. Les anti Windows vont aimer …

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Enfin de retour :D

Ca y est, fini les pommes (et les cerises) ! Après une pause à Kelowna, pour remplir la bourse, et avec désormais une voiture, un vélo et une souris clandestine, me revoilà sur la route. Direction les rockies (montagnes rocheuses).

Je suis arrivé à Revelstoke il y a deux jours et la question se pose de savoir si je reste là pour l’hiver ou non ? Comme à Vancouver, je squatte chez l’habitant, toujours par un heureux hasard de circonstances (mais c’est assez précaire).

Il y a beaucoup de randos sympas, du ski, de l’escalade à gogo, du kayak etc … La ville est vraiment petite. Horreur absolue, le centre commercial le plus proche est à une heure de route 😉 L’ambiance est plutôt bonne, çà a l’air assez festif sans être outrancier. Il y a surtout des sportifs et des âmes simples ici. Tout le monde est là pour la montagne et çà donne une bonne cohésion. Comme de coutume, les Québecois fument presque tous du « pot » – prononcez « pote ».

Pas de photos pour le moment et pour un petit bout de temps – désolé Yo. J’ai bêtement écrasées toutes les données de mon disque dur :/ J’ai racheté un autre disque sur lequel j’ai dumpé un ghost en dépannage. Je tâcherais de récupérer les données plus tard quand je serais établi.

Je me rends compte à quel point il est difficile de vivre en nomade (quand on ne s’appelle pas Crésus et que la boite ne rembourse pas les frais), au Canada du moins. Ca demande une énergie constante pour toujours se remettre en question, abandonner le confort que l’on vient tout juste de construire pour se jeter dans une nouvelle aventure. De l’énergie aussi pour chercher un boulot, se faire un réseau, accepter de vivre dans l’incertitude …. Garder ce que l’on a ou aller plus loin ? Ca fait penser au principe du Kineto 😀 Se déplacer tous les jours parait plus réaliste et mieux accepté. Par exemple traverser la pays à vélo. J’ai croisé pas mal de personnes faisant ce genre de trips. Je me rends compte que je ne suis pas fait pour la route à la Kerouac. D’ailleurs, qui est fait pour ce genre de vie ? Ne me parlez pas des hippies ….

Bon en tous cas cette fois ci il me semble que je ne saborderais pas la chance que j’ai en allant voir ailleurs, il y a trop de personnes adorables et c’est précieux d’avoir un réseau dès son arrivée.

Je pense à vous.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Des nouvelles du verger

Réflexion faite, je continue mais surtout avec des photos, light pour le texte. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis

Pour ce qui est de mes collègues, Yoland ne s’est finalement pas fait opérer. Ca va mieux depuis qu’il a arrêté de gober les cachetons à la morphine comme de la vitamine C. Maintenant on le voit sortir de sa voiture …

Steeve à emménager dans ma caravane. Je lui ai proposé vu qu’il avait 2 heures de marche le matin et le soir pour venir bosser. Quand il n’était pas venu la dernière fois ce n’était pas à cause de son diabète mais de l’eau « potable » locale. Pour vous dire elle est couleur whisky et on a l’impression de boire la tasse à la piscine municipale quand on en boit. Bonjour les chloramines !

Le boulot est plat. J’ai hâte de cueillir les cerises pour faire des journées qui payent bien. Le temps est pourri depuis quelques jours (pluie et froid). Vancouver et les gens que j’y ai rencontrés me manquent. Ici les gens parlent avec plus d’accent et je rame pour les comprendre et réciproquement. Le lieu de vie fait campement de romano et personne ne s’en soucie. Dommage il y a tout ce qu’il faut pour améliorer le lieu. J’ai hâte de faire du vélo.

Des photos bientôt …

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

Suspension du blog

Suite à une réflexion pertinente et à un mauvais feeling, j’arrête de publier sur le blog pour me concentrer sur mon voyage et les lieux où je vis. Même si j’arrête de passer du temps pour partager mes sensations çà ne m’empêchera pas de penser à vous !

Je souhaite laisser mûrir d’avantage les choses et éviter de dire des conneries. Saisir la chance de se diluer dans le lieu où je vis et vivre sans arrière pensée.

Le jour où je jetterais mon PC à la poubelle je crois que le but sera accompli !

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

BP

Je ne résiste pas au plaisir de partager cette parodie :

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le pays

Le Canada est un pays à construire. Le pays est très peu peuplé (32 millions d’habitants). Le territoire pourrait être bien plus peuplé. Les clichés sont vrais ici comme en France. Le patron (vrai paysan) est radin comme un Auvergnat, il ne dépense rien, il reçoit (ses tracteurs, on les lui adonné, idem pour la caravane dans laquelle je loge et pour à peu près tout ce qui sert à l’exploitation). Les « trucks » sont populaires malgré le fait qu’ils consomment ~20L au 100. Il y a beaucoup d’obèses (et 25% de diabétiques d’après ce que l’on m’a dit). La main d’œuvre, c’est du « consommable ». L’homme dans sa dimension spirituelle et corporelle a peu de place, on est très matérialiste. En même temps j’ai la sensation de prendre le pli. J’ai l’impression que le canadien moyen s’emmerde à mourir dans sa vie. La plupart passent leur vie à bosser pour payer la bagnole et éventuellement éventuellement une maison avec les accessoires tels que le bateau, le camping-car, le jet-ski, etc … Le fils du patron est assez représentatif de la campagne. Il bricole des caisses. On l’entend arriver de loin mais il ne va pas très vite : il conduit avec un pied sur le frein et l’autre sur l’accélérateur. En même temps … C’est pas si éloigné du scooter ou de la GTI dans les campagnes françaises mais à une autre échelle. La voiture est un élément important du respect. Les gens que je croisent sont plutôt bons, mais les mentalités sont archaïques. J’ai l’impression (peut-être est ce une projection de mes désirs) que beaucoup souhaitent le changement mais que personne ne sait par où commencer ou n’a le courage d’agir.

Je viens d’acheter une voiture après avoir vraiment galéré en stop (~200km/jour). Comme disait le papy : « sans voiture ici c’est comme cul de jatte avec un bras en moins ». Çà va être pratique pour faire des randonnées, aller faire les courses, aller se baigner au lac et puis çà me permettra de stocker mon vélo. J’ai pris la décision après avoir entendu des récits de la traversée des rocheuses en stop : 1 semaine pour une distance somme toute modeste, un climat aléatoire, aucune ville pendant des centaines de bornes … Et aussi marre d’être catalogué vagabond. En même temps les rencontres vont me manquer. J’ai notamment rencontré le monstre du Loch Ness de l’auto-stoppeur : un truc dont tout le monde parle mais que personne n’a jamais vu : la nana mignonne qui me hèle sur une aire d’autoroute et qui me drague de manière éhontée en chemin. J’étais plié en 2, inversion totale des stéréotypes.

L’économie du pays est largement soutenue par l’exploitation des matières premières. Sur l’autoroute, j’ai été surpris par le nombre de camions transportant du tube à pipe line, du tube à derrick et des morceaux d’excavatrices. Le Canada est devenu le premier fournisseur de pétrole des USA (j’avais écrit du pays, lapsus révélateur). De ce que j’en ai entendu, la pollution aquatique est dramatique dans certaines zones du fait de l’exploitation des sables bitumineux. J’ai vu de gros tas de souffre dans le port de Vancouver. C’est le souffre qui est extrait du pétrole. Si, je peux j’essayerais d’aller travailler dans cette zone (l’Alberta du nord, Fort Mc Murray) pour voir par moi-même ces chantiers démesurés. Cette ruée sur le pétrole illustre bien la manière d’exploiter les richesses du pays. On met le paquet et on ne tient as compte des contraintes environnementales. De toutes façons le pays est bien assez grand pour encaisser. Cependant beaucoup glosent sur la fuite de pétrole dans le Golfe du Mexique. Je ne sais pas ce qu’il en est réellement mais d’après les rumeurs c’est Tchernobyl là bas.

On m’a proposé d’aller faire les moissons en Septembre. C’est en Alberta donc j’irais probablement pour voir les grandes plaines, les ciels incroyables et aussi comme çà je serais sur la route de Fort Mc Murray.

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Kelowna

Je suis maintenant à Kelowna, capitale de l’Okanagan. Ce territoire ressemble à la provence (ou à la Drôme pour être plus précis). Il fait chaud et sec, il y a des averses orageuses tout les jours vers 14h mais çà sèche très vite. Le pays est plein de vergers (pommes, cerises, poires, pêches, abricots, prunes …) et de vignes.

Je suis arrivé vendredi à 12h et à 16h je commençais à bosser. Bon je dois dire que je n’ai pas été regardant sur le boulot et que j’ai un peu menti sur mes compétences mais ma foi çà a marché. Je bosse donc désormais à faire du « thinning » (=amincissement), c’est-à-dire à enlever les petites pommes des pommiers de manière à ce que celles qui restent soient plus grosses et plus belles. L’avantage de bosser dans une ferme c’est qu’on est logé, au calme et en plus on peut manger les légumes du jardin qui trop bons !! L’inconvénient c’est qu’on ne rencontre pas grand monde.

Les gars avec qui je bosse sont sympas mais pas gâtés par la vie. Les 2 qui habitent sur place avec moi sont Québecois. Raymond bosse ici à l’année ou presque. Yoland lui est arrivé là comme un bateau s’échoue sur une plage. Il vient de Montréal. Il a croisé Raymond en ville qui lui a donné 10$ pour mettre de l’essence dans sa voiture et qui lui a proposé de venir bosser au thinning. Il n’avait plus un sous en poche, pas de boulot, plus d’essence pour se déplacer, bloquer sur le parking du supermarché.

Yoland s’est cassé le bras deux jours après avoir commencé, bêtement, en tombant de 1m20. Il a une couverture sociale au Québec mais çà ne marche pas en Colombie Britannique. Du coup il est là dans sa voiture à attendre. Le bras est en plusieurs morceaux, il faudrait qu’il se fasse opérer. Il ne sait pas s’occuper de lui même et il se laisse dépérir. Dave (le patron) cherche une solution.

Il y a aussi Steeve qui bosse avec nous. Il doit avoir la trentaine. Il est athlétique et a rouler sa bosse un peu partout. Il est diabétique mais n’a pas de fric pour se payer un traitement basique (~450$/mois). Il n’est pas venu travailler aujourd’hui. Trop d’insuline hier à priori, il se sentait mal. Il ne peut pas se payer les bandes pour mesurer sa glycémie.

Je me sens un peu merdeux à bosser pour payer l’assurance de ma voiture et pour m’acheter un vélo quand d’autres sont vraiment dans une situation délicate. En même temps je ne peux pas faire grand chose de plus qu’être un bon compagnon. Ou alors il faudrait que j’y consacre ma vie. Le boulot est payé au SMIC local (9,15$/h). Alors je bosse tant que je peux en attendant les cerises (mieux payées). J’arrive à tenir ~60h/semaine. C’est peu. La dispersion des revenus est très forte. Un mécano gagne ~25$ de l’heure, 50 pour de la mécanique spécialisée (genre TP) et c’est facile de faire des heures sup’ (payées double). Pour des boulots très qualifié je ne sais pas mais je suppose que çà gagne très bien.

La bulle immobilière est impressionnante en BC. Ici à Kelowna, un logement « prime » a pris 500% entre 1997 à 2007 et un logement standard 270%. Il y a 12 golfs dans la ville (130 000 habitants) et 31 dans la région. Un terrain avec vue panoramique sur le golf et sur le lac s’est récemment vendu 6M$. Ce terrain ne valait pas grand chose il y a 10 ans et rien il y a 20 ans. Si le golf n’est plus entretenu ce terrain ne vaudra plus grand chose. L’aéroport local est le 10° du Canada. Et en effet je vois une bonne vingtaine dizaine d’avions tout les jours. C’est exagéré à mon goût. Décorrélé du réel, les vergers, qui ne rapportent pas grand chose. Les agriculteurs préfèrent une catastrophe naturelle à une bonne récolte, ils gagnent mieux leur vie. En me baladant j’ai vu beaucoup de vergers abandonnés ou mal entretenus. Le vin à l’air de rapporter plus mais il est pas bon (pour un français).

En BC (Colombie Britannique), il y a beaucoup d’herbe. Je sens souvent l’odeur du joint, partout.  A Kelowna, beaucoup de saisonnier ou de paumés qui sont là pour l’été, parce qu’il y fait beau, qu’il y a du boulot et qu’ils vont pouvoir faire la fête tout l’été. La BC est réputée en Amérique du Nord pour la qualité de son herbe. De fait, pas un jour sans croiser quelqu’un qui fume un pétard dans la rue. Raymond fume un joint dès le petit déjeuner, comme tout les saisonniers avec qui je suis. Je pense que çà a joué dans la chute de Yoland. Sur prescription médicale on peut acheter de l’herbe et en faire pousser. Il y a un énorme marché noir, avec probablement des sommes colossales en jeu. Le prix de l’herbe est élevé : aux alentours de 7$ le gramme (un mec comme Raymond doit fumer 3g par jour). Le marché est mondialisé m’a t-on dit pour expliquer le prix élevé de la marchandise qui est pourtant produite localement. Les Québecois sont mal vus dans la région. Ce sont souvent eux qui fument et qui chapardent.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Un autre panorama …

C’était :

Dommage que la visibilité ait été médiocre

Edit : le même lieu vu de l’intérieur et la même vue de jour :

Bloedel Conservatory

L'intérieur du Bloedel Conservatory

Vue du Bloedel Conservatory

Vue du Bloedel Conservatory vers downtown

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire